Tawashis et pelotes

Je décline de mieux en mieux la confection des tawashis , améliorant au fur et à mesure le choix des matières , la dextérité des doigts devient un atou , la diversité du support aussi .

Depuis que j ai changé de manière de vivre en m’impliquant de plus en plus dans un concept zéro déchet ( je préfère anti consommation ) , j’apprécie d’apprendre des choses simples à faire soi même . J’ai passé plusieurs heures à découper des T-shirts à manches longues récupérant le plus possible de matière soit en pelotes ( pour un futur tissage Gand format ou à crocheter – je ne sais pas encore faire ça ) soit en prévision de lingèttes que je fais tremper dans du vinaigre ou des peaux de citrons ont macérés . Je me sers des lingettes pour passer un coup vite fait sur la cuvette des toilettes et dans les lavabos de la salle de bains .

J aime de plus en plus être en recherche d autonomie et j aime jouer avec les textiles .ralentir sa vie sociale et professionnelle , c est prendre une direction ou réduire et recycler deviennent des mots clefs du quotidien

Pelotes à base de t shirts usagers

Publicité

Tawashis etc etc

J ai recommencé à fabriquer des tawashis , j’aime beaucoup découpe , travaille avec du textile . J’ai utilisé des manches de pulls, des chaussettes.

les chaussettes et les manches sont très pratiques pour faire une éponge du quoitidien .

J’aimerai me lancer dans d’autres formats , d’autres objets reliés au yoga , des briques ou encore un tapis ? Affaire à suivre

Recycler, réutiliser , fabriquer chaque jour est un chemin qui va bien avec celui du yoga . Réduire , réfléchir .recomposer autrement .

Do it yourself

Faire soi même prend du temps; ça tombe bien , j’en ai devant moi . Mes journées commencent tôt pour se remplir au gré du jour . Entre cuisine , jardin , bricolage , chaque jour j’expérimente de faire ou fabriquer des objets du quotidien ou des cuisines que j appele vivantes ( graines , kéfir , légumes lacto-fermentés ).

Le troc est aussi ancré dans ma vie . Plusieurs gestes chaque jour pour réduire , recycler , réutiliser , réparer qui deviennent progressivement des bonnes habitudes .

Décroître en consommation pour grandir en énergie et qualité .

J’apprécie ce cap , ce changement de vue lent , doux , dont l’harmonie vient de la répétition

Om

La marmite norvégienne

À la maison , je teste des suggestions zéro déchet du magazine Kaizen . Tester de nouvelles manières de faire nécessite de prendre le temps d’expérimenter , essayer sur deux ou trois exemples . Ayant récupéré un grand saladier en bois à retaper , du carton ; je me suis lancée dans le premier test de la marmite norvégienne . Dans la casserole , j ai fait cuire du fruit du jacquier au sirop de curcuma . L’utilisation de la marmite permet de réduire considérablement le temps de cuisson en contenant la chaleur à l intérieur . Comme si on cuisait au ralenti.

Le resultat est délicieux si on aime le goût douçâtre du Jacques ! Bien tendres , bien cuits . J ai déposé la casserole chaude dans ma version de la marmite norvegienne et laisser le tout 4 ou 5 h.

La prochaine fois , je teste sur un plat avec des lentilles .

Kéfir et kombucha

Depuis quelques temps , je fais du kéfir de fruits et du kombucha . C est une des élèves du yoga matinal qui soigne mes grains de kéfir et la mère du kombucha pendant les voyages . Je les retrouve tout beaux quand nous sommes à la maison .

J aime bien offrir des shooters après les cours du matin . Au gré du jour , ça varie entre pruneaux au thé , thé vert , kéfir ou kombucha .

Ce moment simple de partage après le cours est apprécié de tous .

Histoire de bien commencer la journée .

De remercier les élèves matinales et assidues

Om

Les vœux

Cela fait quelques temps que je traîne avant d écrire dans cet espace du blog . Il est l’heure de présenter les vœux , de débuter l année du bon pied .

Vivre à terre est aussi une aventure . Être la la maison rapproche d’une autre manière du zéro déchet .

Pour noël , nous avons reçu en cadeau un abonnement an kaizen un magazine créatif qui me convient parfaitement .

Entre les cours de yoga et la cuisine , j n’alimente mes carnets de mots , de croquis , de couleur

Puisse 2020 être votre chemin vers le bonheur

Déjà 5 semaines à terre

Et puis il faut rentrer encore , transition à terre depuis 5 semaines déjà ! C est fou comme ça passe vite ! En ce début de saison cyclonique , je pense à tous les amis à bord de bateaux à Mayotte ou à Madagascar , le cyclone s approche …

Ici à la maison , nous voici bien éloignés des fichiers météo. Nous avons repris le rythme terrien , entre yoga et potager !

Que d espace dans notre maison , que de tentations partout. Il est plus difficile d aller vers le zéro Conso ou zéro facture en étant à terre !

De la joie a retrouver les amis , les élèves de yoga , le jardin !

Du plaisir à gratter la terre , a foncer sur mon vélo !

Du fait main avec des cadeaux de noël emballés avec de vielles cartes marines , histoire d’avoir un peu de nos cœurs encore à bord !

Tawashi

Tawashi

Depuis peu , j’expérimente le tawashi à bord pour laver la vaisselle .

connaissez vous cet objet à faire soi-même pour remplacer les éponges ? C est un principe de tressage d’origine japonaise , utilisant des bandelettes de tissus recyclés ( de type t-shirt ou chaussettes ou encore leggings ) que l’on noue avec ces doigts .

Au début , le tawashi ( j’adore ce nom ) fait maison ressemble a … rien ! Puis , progressivement , le résultat prend une forme s’approchant du modèle du tutoriel vidéo vu sur les réseaux sociaux ! La base avec une boîte et des pinces à linge convient bien à la vie à bord ! Que du matériel déjà utilisé pour autre chose , à terre , une planche avec des clous peut être encore plus efficace .

Quand le tawashi est réussi , il est enfin utilisable pour la vaisselle . La sensation est très différente qu’avec une éponge , le résultat me semble mieux avec le tawashi .

Je déteste les éponges , qui sont à mes yeux de vrais nids à microbe , j’ai tendance à vouloir en changer tout le temps , geste absolument pas écologique. Changer une habitude de ce type « geste usuel quotidien ! » est parfois plus complexe que prévu . À bord , changer la manière de faire la vaisselle prend tout son sens , il faut trouver la solution utilisant le moins d eau possible . Bien sûr , à terre , si vous possédez un lave-vaisselle , ce post est désuet !

Bref , avec de la patience , du temps de libre , chacun de nous peut innover , fabriquer , recycler ses propres déchets textiles et bousculer d’un poil ses habitudes ! Vive l’effet papillon !

En route pour la planète la plus bio , au maximum de mes possibles ! Chaque geste compte si il s’inscrit dans le quotidien ! Une politique d’action personnelle en mode colibris !

Voici la photo de mes tawashis . J’envisage , je dirais mieux , je vais oser en offrir à Noël car j’aime les fabriquer moi même .

Vos avis ? Vos conseils ?

Alternateur ou pas

Quand ça commence à délirer car l alternateur est toujours en panne , l’ambiance à bord est au bricolage. À force , ça fait long tout ces temps hors navigation ! Soyons positifs : voyons le bon côté : après ça va été top !

Patience patience et patience .

Le train train à bord suit son cours , on en profite pour aller manger des pizzas avec les potes d autres bateaux , on barge des l Aube pour récupérer un autre alternateur ( qui ne fonctionne pas non plus au grand desespoir du captain qui passes ses journées dans la cale moteur ) je reprend la couture …

Tous ces aléas propres aux bateaux de voyage un peu vieux comme le nôtre font partie du projet et n altère en rien le plaisir que je ressens chaque jour dans notre vie à bord !

J oublie la maison , le potager etc etc …

nos corps raidissent avec le bateau , le yoga est notre base ressourçante autant niveau physique que niveau mental !

J aime Mayotte !