Horaire décalé

Depuis que je vis en métropole , je continue à me lever très tôt pour partager en ligne des séances de pranayama avec mes amies yogi de la réunion . Je vis avec ce décalage de 3 h et j ai souvent rdv à 5 h du mat avec Skype et les e yogis .

J aime me lever tôt , avoir cette sensation d avoir fait tant de choses avant midi . J ai cette chance de vivre à côté de l atelier circulaire de Christiane , mon amie et belle sœur , je profite pleinement de cet espace pour développer mes envies d art plastique. C est riche .

Ici il neige et il neige . Je recycle des vieux pulls , bref j aime bien ma nouvelle vie frileusement votre

Série sur la forêt
Recyclage d emballages kraft pour Noël
Publicité

L’anniversaire de Ganesh

J’adore célébrer l’anniversaire de Ganesh, qui tombe en général en septembre. C’est l’occasion de lui adresser un chanting pour la journée, de colorer les aliments, de partager des images le représentant, faute de fleurir une statue.

J’ ai gardé avec moi mon Ganesh de poche, celui que je laisse dans mon sac de voyage , j’ai pris le temps d’écrire son nom en sanskrit et j ai coloré une nice cream à la spiruline pour obtenir un beau vert surréaliste , le tout en chantant le mantra de Ganesha

J’ai le souvenir encore bien clair dans ma tête d’un séjour à Mysore ( Inde du sud ) avec une amie qui se reconnaîtra où nous avions eu la chance de vivre avec intensité et couleurs les célébrations de Ganesh , un des dieux tant adoré , très populaire, aimé de tous .

L’Inde me manque souvent , l’Inde a modifié ma perception du monde , en tant que berceau du yoga.le yoga a changé ma vie, ma manière de penser et il continue chaque jour à agir en moi. J’ ai beaucoup de chance d’avoir rencontré ce monde si riche .gratitude est le meilleur mot pour illustrer mon sentiment ce jour .

Om gam ganapataye Natasha

Traduire le cours de philosophie de Dr Nagaraj

J’ai commencé à traduire en français les cours de philosophie de Dr Nagaraj. C est une aventure de suivre ses cours en ligne, ancrés dans le quotidien et non sous forme de stage en Inde ; ça en est une autre que de les traduire!

Quand je prends les notes, je jongle entre l’anglais, le sanskrit et le français , au gré des rebondissements de chaque séance où nous voyageons d’un mot à l’autre avec les questions , les exemples , les références et les anecdotes typiquement indiennes .

Dr Nagaraj aime ponctuer ses cours de liaisons mythologiques. Les commentaires sont faits pour chaque mot. L’etude d’un seul sutra nous prend plusieurs semaines tant les explications commentées sont riches.

J’ai ce sentiment de suivre un cursus au long cours, d’entrer dans une nouvelle dimension d’apprentissage où le temps subit une distorsion traditionnelle : on est loin des formations en 50h, ici le voyage va durer plusieurs années , comme avant avec une relation quasiment individuelle avec le maître puisque nous sommes deux ou trois à suivre les cours .

Chaque mot est disséqué, étudié, apprécié à sa juste valeur

Je suis chanceuse d’accéder à ce savoir qui se délecte dans la lenteur répétée de la pratique ainsi fortement stimulée

Om Shanti

Sinon , en dehors des cours , je cuisine et je prépare notre futur déménagement.

Mon cahier de traduction
Le banana bread de perleensucre.

Déconnexion temporaire ou définitive ?

J ai déconnecté temporairement mon compte Facebook et je suis sur l’idée d’une fermeture définitive. C est fou comme ça m’a soulagée de le faire.j’ai du mal à expliquer, à exprimer pourquoi mais j’ai ressenti une grand paix.

Pour le moment, je garde l’option avec la messagerie de messenger, au cas où quelqu’un voudrait me joindre mais, en fait, quand on se déconnecte, tout le monde s en fout.

Subitement, cette vie hors réseau est libératrice. Cela offre une plus grande possibilité de choix, sans l’influence du flux du réseau, qui malgré nous , traque nos goûts , nos recherches etc etc . Et je me rend compte que je suis bien sans toutes ces infos, ces humeurs , ces coups de gueule ou de cœurs des uns et des autres.

Je suis certaine que le cours de philosophie est actif , replonger dans cette lecture débattue et expliquée, des sutras m aide à avancer dans le chemin du yoga , avec un désir plus vif pour des gestes concrets , des choses simples qui laissent mon mental aller vers le yoga .

Peinture, marche, méditation , cuisine , don ,lecture, échange prennent plus de place et j aime ça .

J’aime sentir que le yoga est actif.

Le yoga change ma vie et c est bien

Yoga encore

Le week-end est une trêve de yoga à la maison , pas de cours sur deux jours . Parfois je pratique quand même . Je maintiens la méditation le samedi . J en profite pour laver les tapis que les élèves utilisent . Je lave le mien aussi . En ce moment , je pratique en deux ou trois fois dans la journée : avant les cours matinaux ( lever vers 5 h) puis en début d après midi je médite . Je reprend en fin de journée avec un programme assez tonique . J aime avoir tous ces espaces yogas pour illuminer mes journées

Kéfir et kombucha

Depuis quelques temps , je fais du kéfir de fruits et du kombucha . C est une des élèves du yoga matinal qui soigne mes grains de kéfir et la mère du kombucha pendant les voyages . Je les retrouve tout beaux quand nous sommes à la maison .

J aime bien offrir des shooters après les cours du matin . Au gré du jour , ça varie entre pruneaux au thé , thé vert , kéfir ou kombucha .

Ce moment simple de partage après le cours est apprécié de tous .

Histoire de bien commencer la journée .

De remercier les élèves matinales et assidues

Om

Les vœux

Cela fait quelques temps que je traîne avant d écrire dans cet espace du blog . Il est l’heure de présenter les vœux , de débuter l année du bon pied .

Vivre à terre est aussi une aventure . Être la la maison rapproche d’une autre manière du zéro déchet .

Pour noël , nous avons reçu en cadeau un abonnement an kaizen un magazine créatif qui me convient parfaitement .

Entre les cours de yoga et la cuisine , j n’alimente mes carnets de mots , de croquis , de couleur

Puisse 2020 être votre chemin vers le bonheur

Partir vers l ouest et le sud

Partir vers l ouest

Étape une

Après avoir fait tous les pleins à nosy be , nous retournons à la baie des russes le 7 sept , à notre bord , nos passagères malgaches dorment tout le trajet .

La baie des russes est le point de départ pour notre descente de la côte ouest malgache , un beau périple en vue avec au menu de belles heures de navigations .

Nous avons réserver pour une nuit un bungalow chez André ( l’autrichien ) et sa femme Voula. Ils tiennent ensemble un gîte , offrant la possibilité du bungalow , de bons repas mais aussi une épicerie un peu mieux achalandée que les autres de la baie .

Andre fait aussi un très bon pain au sesame que nous avons également commandé .

Dans la baie , c est avec plaisir que nous retrouvons les amis du bateau Chuligi . Nous prenons l’apéro avec eux , Marcel vient pratiquer le yoga avec nous , je fais découvrir le village à Joanna qui m’offre une jolie robe pour mon anniversaire. J adore porter les vêtements des autres , ils donnent une autre option que ce que j aurai choisi moi même.

Nous fêtons mon anniversaire au gîte avant de reprendre la mer , direction la petite baie d’après. Ce sera l’occasion de découvrir un autre mouillage .

Portraits en forme d esquisse

Portraits en forme d’esquisse

Ce que j’aime avec le voyage en bateau , c’est rester quelque part suffisamment longtemps pour créer un lien avec les personnes que le soit-disant hasard a mis sur notre route .

Cela fait plusieurs fois que nous passons à la baie des russes mais c est la première fois que nous restons aussi longtemps .

Clarita tient une gargote dans laquelle elle vend du pain et des brioches qu’elle fait elle même chaque jour sur son fatapere ( petit réchaud à charbon utilisé de partout à Madagascar … d’où l’énorme traffic de charbon de bois, responsable de la déforestation ). Elle vend un peu de tout , de la banane , des œufs frais en passant par les piles ou le café . Clarita propose ses services aux bateaux de passage ( vente et cuisine du canard local élevé exprès pour revendre aux touristes , lessive , etc etc ). Elle vit dans sa boutique près des pêcheurs , avec son bébé aira , une jolie petite fille bien dodue . Comme de nombreuses jeunes femmes malgaches, Clarita à un fils aîné qui habite loin d’elle , chez sa mère , dans la province au dessus de tamatave , près de Sambava . Le mari de Clarita est souvent absent , il part pêcher ou vendre sa pêche ( ainsi que du charbon ) en ville . Elle gère bien sa gargote , sans vendre d’alcool au détail , la petite est la , assise sur une natte avec les canards , près de la cuisine extérieure , sous l’arbre .

Mama be tient la boutique au milieu de la baie . Elle voit les choses en grand et mène de main ferme la construction d’une discothèque et d’un restaurant près de sa boutique où les jeunes viennent écouter la sono dissonante qui crie du ragga ou encore les tubes malgaches .

Beaucoup d’hommes viennent boire ici , ils tombent ivres au milieu des canards .

Mama be vend aussi du Kat . Elle en impose avec son sourire aux dents en or !

Clorentida est femme de pêcheur. Elle mène sa pirogue à rames seule ou avec l’un de ses enfants en bas âge. Elle rame énergiquement en direction des voiliers pour vendre calmars , miel, bananes ou confiture de papayes qu’elle fait elle même .

Clorentida habite un peu à la baie des russes ( souvent sans les deux petits gars qu’elle fait écoper à l’avant de sa pirogue ) et un peu à kismani , une autre baie . Pour passer d’une baie à l autre , elle navigue avec son mari dans une grande pirogue à voile . Nous l’avons croisé à plusieurs reprises avec son beau sourire , nous lui avons acheté de la confiture , des fruits , du crabe. Elle porte souvent les vêtements que je lui ai donné et ça me fait plaisir de la voir arriver de loin avec mes fringues sur le dos !

Pour mon anniversaire , elle m’a offert du calamar encore vivant avant de repartir à kismani .

Brillantine Anzette est la très jeune femme de Salim. Elle tient sa boutique quand il part pour plusieurs jours en mer. Anzette a deux enfants: William qui vit chez tantine à hellville mais qui est la pour les vacances et la jolie marie Annick , un bébé espiègle et rieur qu’elle a eu avec Salim l’Annee de ses 20 ans .

Dans la boutique de Salim , tenue par Anzette , il y a des oignons et des tomates comme de partout ailleurs , mais il y a surtout du rhum vendu à la dose , de la menthe fraîche et du Moringa .

Anzette et bébé marie Annick ont été nos passagères aller et retour baie des russes Cratere . Elles ont dormi paisibles dans la cabine à l’aller comme au retour . C’était un plaisir de rendre service .

Mamoko

Nosy mamoko Ç est magique !

Après une semaine à la marina de Cratere pour les réparations et révisions du moteur , nous sommes bienheureux de quitter ce sympathique petit monde rempli de bateaux amis pour nous évader en mode Robinson , loin du monde connecté , près d’une vie reliée au soleil et à la lune .

Pendant la semaine à la marina , deux nuits de suite , la mer s’est alliée au vent soudain brusque , secouant les bateaux rouleurs comme le nôtre . Les éléments rappellent à l’ordre les marins étourdis ; même au mouillage , la météo peut jouer des tours , donnant de la matière Pour alimenter radio ponton le matin de bonne heure.

C’est avec une mer d’huile que nous partons : objectif 10 jours le plus isolé possible !

Nous passons la première nuit à Nosy Kismani , au fond d’une baie , bien planqués d’une potentielle intempérie . Sans annexe à relever ou à traîner , il faut d’abord gonfler le vieux canoë deux places pour descendre à terre , notre annexe a subi quelques dégâts lors des deux nuits agitées à la marina , elle est en réparation ! A Kismani où nous étions venu l’an dernier , il y a un petit inconvénient : la plage est une plage à moukafou ( de minuscules insectes piquants : le dare qu ils laissent en nous crée une belle gonfle le lendemain matin avec d’affreuses démangeaisons.) .la fin d’après midi à bord est délicieuse , après 5 heures de mer , nous apprécions le coucher de soleil , ambiance seuls au monde ou presque puisqu une pirogue vient nous vendre crabes et bananes . C est avec joie que nous commençons la distribution de cadeaux divers , je dirai à la tête du client , selon l’heure , l’humeur et l’humour . Ça fait plusieurs mois que nous stockons un peu de tout ( de la casserole au t-shirt en passant par le fil de pêche au bout pour la voile ) . Les bonbons sont bien appréciés par les plus jeunes , les femmes aiment les récipients ( bouteilles , pots ) , les hommes le fil de pêche !

À la nuit , le silence de l’homme laisse place aux bruits de la nature ; oiseaux et lémuriens s’entendent d’un coin à l’autre de la baie .

Des le lever du jour , nous reprenons la mer direction la baie de mamoko , au fond de la baie , loin de l’îlot et de la cascade , du village , loin de tout !

Un de nos endroits préférés ! Quel bonheur de poser l ancre dans ce paradis sauvage , au milieu d une mangrove bien vivante .

Immédiatement , le temps se fige , nous sommes en harmonie avec la nature , sans interférence ! L’heure est une simple indication ,nous suivons un rythme très personnel que ce soit pour dormir ou pour les repas !

Le matin , c’est yoga en canoë dans notre petit coin secret , près de la cabane de pêcheurs où nous avions rencontré un couple l’an dernier !les pirogues sont plus rares où passent de loin sans chercher à nous vendre quoi que ce soit ! C est nous qui les appelons pour leur donner des cadeaux . Alain a stocké du bout pour distribuer aux pêcheurs qui n en reviennent pas de recevoir du si beau bout ! Tout le monde dit merci , certains reviennent avec un cadeau , comme Georges qui a bénéficier aussi du cadeau anonyme déposé dans la cabane lors d’une session de yoga à l’aube !

Georges est venu le lendemain nous donner 3 poissons en remerciement . Nous lui avons donné encore d’autres choses . Puis deux jours plus tard , il vient nous voir avec sa femme fifine au lever du jour à la fin du yoga ! Nous les invitons à venir boire le café à bord , ils nous suivent avec la pirogue et montent dans le cock pit .

Puis ils descendent dans le carré et je sers un café avec une omelette ou chacun de nous fait des efforts pour communiquer malgré la barrière du langage ! Un beau moment ! Fifine aurait selon Georges 70 ans , 12 enfants , au moins 3 maris . Lui, il a 3 dents ,60 ans , 3 enfants avec fifine mais c est pas sûr . Georges veut absolument nous donner rendez vous pour le 4 août à 6 h du matin . Nous lui expliquons que nous avons prévu de partir demain . Amarei .

Chacun de nous aura un souvenir différent de cet échange impromptu .

Le lendemain ,avec une petite émotion, nous levons la pioche direction l’îlot voisin , l’ilot mamoko , celui de la princesse aux tortues . À peine 1 h 30 de navigation ( au moteur zéro noeud de vent ) nous accostons près de la mangrove entre deux plages .

Les bateaux des amis sont là aussi .

Vers le coucher du soleil , nous dégustons une eau de coco en compagnie de la présumée princesse aux dents en or . La vielle dame semble tenir la boutique avec allégresse . Nous avons vu le baobab , un Maki Curieux , des poules et des canars mais pas de tortues .

Le lendemain , après une séance de yoga sur la belle plage , nous reprenons la mer : direction la marina pour la brocante du dimanche !