Ca pousse bio

Un de mes grands plaisirs dans notre vie à terre , le potager !

Chaque jour , nous passons quelques moments à arroser ou désherber ou regarder les jeunes pousses grandir .

C est une découverte apaisante , une douceur en ouverture pour une meilleure qualité de vie .

C est une des ces addictions positives qui embellissent nos quotidiens d’une joie issue de la terre

Quelle chance d’avoir ce goût pour la nature ! Merci la vie

Désarmer le bateau

Ç est moins rigolo de tout ranger et nettoyer à l approche du départ ! Les premiers jours de pré- départ ont été plus rudes, avec le stress du corps mort mais tout est résolu … les voiles sont rangées .et puis , ça avance bien au final , on s’y fait doucement à l’idée de rentrer …

Voici à quoi ressemble le bateau et une jolie fleur de baobab pour adoucir les cœurs .

Mayotte … dernière étape de la saison

60h pour nosy be -mayotte : la dernière grande traversée de la saison

Après avoir validé les papiers de sortie de Madagascar , nous avons passé une dernière nuit à la baie des russes avant de prendre la mer .

Une traversée lente , avec peu de vent , quelques grains la première nuit … bref , c est moins rigolo de rentrer , surtout au moteur ! À l’approche de Mayotte , après des heures à zéro noeud , le vent revient . Nous signalons notre arrivée à Mayotte trafic par vhl à l ‘entrée de la grande passe nord . Le lagon est vaste , comme c est agréable de naviguer sans houle .

Le zodiac de la douane nous accosté pour vérifier nos papiers et ceux du bateau . Quand Alain remet le moteur , au point mort , l alarme se déclenche , c est pas bon signe . Nous demandons l autorisation de mouiller dans la baie d’handrema , qui se trouve à quelques miles , vu l heure tardive d arrivée , nous irons le lendemain faire les formalités à l aéroport . Les douaniers repartent et nous mouillons sous le son strident de l’alarme . Une bonne nuit de repos dans cette baie si paisible est la bienvenue après les 60 heures de mer !

Tot le matin , nous accostons pour un dernier yoga en mode sauvage puis direction petite terre ou nous attendent quelques soucis à régler . Il est temps de trouver un moyen de laisser notre gros bébé pour quelques mois . Suite à de légers contretemps , les jours qui nous restent seront bien utiles pour désarmer le bateau .

Que dire : d’un coup , me voici moins bavarde …

j’ai simplement envie de dire merci .

Merci la vie de cette belle étape

Merci mon valeureux capitaine pour nous avoir promené à travers les eaux de l’ocean indien, pour cet apprentissage marin hors pair!

Merci pour cette aventure artistique extraordinaire .

Merci à notre bateau si beau !