Chaque jour qui passe nous rapproche du départ

Chaque jour qui passe nous approche du départ …

C’est certainement le lot de tous les couples qui préparent leur bateau pour le départ que de faire fasse à une série de pannes ou contretemps lors de la reprise en main du bateau .

Ca passe par la pénurie de gaz sur l île ( qui tombe pile quand la notre est vide ) a la panne de moteur , au changement de place du bateau tellement il nous roulait en réponse a la barge , on frotte la coque en annexe , et puis quand c est calme , on en profite pour mettre les voiles à poste !

Bref ? Ça avance ! À chaque jour suffit sa peine ! En une dizaine de jours , nous voici bronzés , en rythme avec le soleil et la lune ; nos journées défilent avec une grande activité matinale . Nous avons retrouvé avec plaisir le gros baobab du fare pour notre pratique de yoga , les commerces locaux ou l on achète ce que l on peut , la marche le long du boulevard des crabes , les copains qui vivent ici à terre ou sur leurs voiliers .

Chacun de nous progresse vers l’autonomie bricoleuse :

Exemple : Alain s affaire dans le moteur ou dans la remise en route des toilettes ! ( un détail qui a son importance )

J ai enfin réussi à utiliser une application météo marine !

Yeahhh chaque petite victoire compte !

Bientôt , nous serons prêts pour partir en mode Robinson même si nous apprécions ce nouveau mouillage dans les quartiers nords comme on dit par ici .

Bientôt les pleins d eaux seront faits et hop !

J’avais déjà une grande émotion à reprendre la barre pour le changement de mouillage alors c est avec impatience que nous nous activons pour voguer bientôt sur les flots

Publicités

Retour à bord

Retour à bord de cuba libre 6

C est avec 63 kilos de bagages supplémentaires que nous débarquons à Mayotte , petite terre , impatients de retrouver notre gros bébé . Des l’ arrivée , nous sommes en terrain connu. Nous rejoignons rapidement l ACHM ( marina de Mayotte en version associative ) grâce aux taxis collectifs qui desservent petite terre . Nous laissons une bonne partie de nos bagages dans le local associatif pour profiter d un transfert avec l annexe d un copain ( papey) pour rejoindre notre bateau avec déjà deux grosses valises et deux sacs à dos .

Que d ´emotion de le voir au loin. Les larmes aux yeux , le capitaine ouvre la porte ! Tout semble en ordre ! Dans la foulée , nous mettons l’annexe à l eau entre deux passages de barge . Je commence à vider les bagages pendant que le capitaine prépare le petit moteur de l’annexe . Il fait très chaud , notre bateau est toujours aussi rouleur , je sens bien que ça bouge !

Et voilà que ça commence : panne du moteur hors bord ! À peine à bord qu il faut commencer à réparer ! Bravo capitaine , la réparation de fortune tiendra bien jusqu au rachat du robinet et nous pouvons débarquer , prendre la douche à l’ACHM , saluer les copains des autres voiliers .

À la tombée de la nuit , nous rejoignons cuba libre 6 pour le premier dinner dans le carré . Et personne ne se fait prier pour aller au lit !

Deuxième jour : lever de bonne heure pour un mini yoga , nous ramenons le reste de nos bagages et le déballage / rangement se poursuit tranquillement . Après une sieste méritée ( impossible de rester sous le soleil aux heures chaudes, Mayotte est moite !) le capitaine décide de démarrer le gros moteur du gros bateau et bim ! Grosse fuite ! Le collecteur d échappement d eau de mer est percé ! Il faut écoper et surtout ne plus utiliser le moteur ! Ça tombe mal car nous devons libérer le corps mort ! Un vent de panique souffle pour quelques heures mais à l’ ACHM , l entraide des marins vient rassurer et suggérer des solutions . Huile de coude , transpirations , sueurs seront les propulseurs pour avancer pas à pas vers une future réparation ! Alain est un peu dépité mais le lendemain , en début de ce troisième jour à bord , l’énergie est de retour ! Heureusement que nous avons fait quelques courses hier car nous avons zappé le jour férié . À midi, le pote moumoun vient manger avec nous à bord . Ça discuté navigation , moteur avec bonne humeur .

Entre rangements et nettoyage , les journées passent vite .

L’heure de la douche et de l’apéro sont toujours appréciée .

Au dinner avec Patrick ( notre ange gardien de bateau , marin bienveillant qui a pris soin de notre bb pendant toute notre abscence , avec quelques péripéties du genre le corps mort qui lâché et notre voilier en dérive ou encore le passage du cyclone près des Comores …) nous organisons le transfert du bateau prévu le lendemain matin tôt .

Quatrième jour :

Patrick arrive de bonne heure afin de nous pousser avec son annexe pour aller mouiller à l’ancre et libérer le corps mort du club . Il faut d’abord démailler le corps mort puis manœuvrer sans moteur , sans dérive . Alain est à l’avant , patrick pousse à l’arrière et je suis à la barre . Je transpire à grosse goutte , j’avoue avoir un peu peur de ne pas retrouver mes marques mais la manœuvre se déroule bien . Mouiller par 17 mètres de fond avec un guindau manuel est loin d’être l’idéal … si un corps mort se libère et qu une réparation de fortune nous permet de nous servir du moteur on bougera sinon ça attendra la réparation finale ! Que d émotions en 4 jours ou je peux constater que mal de mer et mal de terre sont avec moi !

Le capitaine attaque de front , mains dans le cambouis … je reprend ma place de moussaillon ! Que du bonheur !

J-10

Avant le départ , tout s accélère … bientôt nous allons retrouver notre gros bébé et les aventures en mer …

Avant le départ , profiter au maximum de la réunion , du potager , du yoga …

Aloès : récolte du jour

Au pic de notre cure cutanée d aloès , je récolte en sauvage , dans les espaces du lotissement , en plus de celui de notre jardin que je bouture à tout va.

Nous aurions peut être du nous photographier de près en mode avant / après. Pour démontrer visuellement l efficacité de la cure .

J ai mis en image les étapes de préparation, pour illustrer le propos.

Chaque jour, cette plante apaise nos peaux mâtures, certaines taches s estompent , la peau est plus fraîche et la sensation est vers un effet tenseur .

La fraîcheur de la plante appliquée directement sur la peau est très agréable .

J adore utiliser sans mesures cette chair pleine de bienfaits et je le recommande.

Aloes

J ai une passion pour l alors que je bouture avec délectation . Quel plaisir de les voir évoluer aussi en pot. J ai offert des plants d aloes à plusieurs reprises car cette plante est magique .

Depuis presque un mois , je coupe des feuilles bien charnues pour en extraire la chair transparente aux mille bienfaits . Nous le consommons en jus mais surtout en application directe sur la peau . Deux fois par jour . Je découpe la chair en cubes et je stocke au frigo dans un bocal en verre .

Nous avons observé une meilleure élasticité , Un atténuation des taches ( de vieillesse hélas …) .

L effet fraîcheur est particulièrement apprécié par ces grosses chaleurs que nous traversons à la réunion .

La peau est douce . Aucun autre cosmétique . Je mets parfois une huile végétale le soir , rarement c est agréable d utiliser une plante directement. Zéro déchet , zéro coût .

La couleur locale

J aime les fruits de saison , aux couleurs toniques , ça inspire aussi le mental à creuser dans les parenthèses colorées des pensées . Le pitaya ou fruit du dragon est une invitation à la vitamine et à la bonne humeur .

Chaque jour son bonheur !

Pleine lune et couleur

Est ce que la pleine lune vous réveille la nuit ? Perso , je suis sensible aux mouvements de lune . Je pense au Sri Lanka où chaque pleine lune est un jour férié , ça me parle , j aimerai bien l appliquer dans ma vie … presque : je dis presque car dès que c est possible j aime symboliser la pleine et la nouvelle lune . Une fleur , un geste , un moment différent , une fête , un recueillement , toute petite action est valable .

J ai cuisine des papayes cambar rien que pour la couleur et planter du tulsi ( basilic indien sacré ) pour célébrer la pleine lune du primtemps .